09 décembre 2005

la briqueterie

Imaginons un endroit de rêve : ce serait une clairière, au bout d’un hameau, en lisière d’une sombre forêt. Il s’y dresserait une ancienne briqueterie qui aurait patiemment été rénovée par un passionné des lieux magiques. Il y aurait aménagé des chambres d’hôte et une vaste salle pour servir les repas autour d’une cheminée monumentale.

C’est bien ce qui a été fait, cette rénovation. Mais imaginons un endroit de rêve.

Oui imaginons seulement. Car ce soir… ben comme tous les soirs d’hiver, il fait nuit pardi. Et surtout il pleut à verse et on n’a pas très envie de s’attarder à l’extérieur du local pour détailler les lieux.

Ce soir, dans la vaste salle où une dizaine de grandes tables entourent la cheminée, on donne un dîner CABARET animé par une équipe de joyeux drilles qui s’est baptisée « Penish Band ». Ce nom fait penser à une péniche descendant lentement un fleuve, à défaut de bateau à aube sur le Mississipi. Pourtant je me demande si le H n’a pas été mis là pour noyer le poisson. Parce que les paroles des chansons ne font pas dans la dentelle, mais plutôt dans le graveleux. Bon l’humour est graveleux, mais un peu subtil néanmoins, nous rions aux larmes. C’est bon de temps en temps. Et ça fait bien longtemps.

Le spectacle est donc un rien déjanté, toutefois la musique est de qualité. Et variée. Les joyeux drilles enchaînent sur un rythme échevelé swing, tango, complaintes de rues, salsa, blues, new orleans…. Sans oublier une histoire farfelue et scabreuse où il est question d’une poule mâle, genre les leçons de choses de Gotlib dans la Rubrique-à-Brac, pour ceux qui se rappellent, mais en moins soft, évidemment.

C’est Moumousse qui nous a invités. Moumousse joue de la basse. Avec ses trois acolytes, ils affichent un look d’enfer, costume noir, chemise blanche, cravate noire (de travers), chapeau noir, lunettes noires, et ils ont le chic pour sortir les pires énormités en esquissant à peine un sourire. L’un d’eux parvient même à rester de marbre toute la soirée, et ce n’est pas le moins drôle.

Entre deux séquences, Moumousse vient nous voir, nous discutons un peu ; il est ravi de constater que nous prenons du plaisir. Il est aussi contrit de remarquer que nos verres sont vides et qu’aucune bouteille de vin ne gît sur la table. Un peu incrédule, même. C’est vrai que nous n’avons bu que de l’eau, et je jure que nous passons une excellente soirée. Il est vrai que le vin favorise la convivialité, mais on voit aussi que l’absorption d’alcool n’est pas une condition sine qua non à une soirée réussie.

Aller en zigzag : 8 lettres dont E L O O R U

Posté par scrabbleur à 18:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]


Commentaires sur la briqueterie

    et tu serais encore plus étonnée que moi, qui est 30 ans de moins que toi passe la plupart de mes soirées sans boire d'alcool et passe la plupart du temps de très bonne soirée...

    Posté par chipotin, 09 décembre 2005 à 19:36 | | Répondre
  • Ton billet me fait quelque peu penser à Mathilda, une chanson de Jeanne Moreau.
    Il est certain que le vin peut favoriser la convivialité, mais jusqu'à une certaine limite. Le slogan "sans alcool la fête est plus folle", je l'ai constaté à maintes reprises.
    Pour le mot, je suis encore en rade (de Brest, avec mon bateau )

    Posté par Pralinette, 09 décembre 2005 à 20:16 | | Répondre
  • [Mot:un carnivore en 1 ère syllabe ,le semble-t-il?]
    Je n'en reviens pas du nombre de sorties que tu fais à droite ou à gauche,concert ici,là,spectacle à ...,w-e ici,visite au musée de ...,dégustation de .., ballade encore ailleurs..Science-fiction pour moi!! (faut dire qu'on a pas les mêmes contraintes!)

    Posté par Pancho, 09 décembre 2005 à 20:32 | | Répondre
  • Heureusement! Sinon je serai toujours décalée avec le reste de mes convives vu que je ne bois pas d'alcool!
    ...imiter un poisson...

    Posté par Dia, 09 décembre 2005 à 21:53 | | Répondre
  • Ah....Dia je suis dubitative pour le poisson; je n'ai jamais employé ce mot-là pour lui....mais peut être que je me trompe...de mot ou alors je ne connais pas les moeurs piscicoles....Mais bon je ne vais pas tergiverser

    ...Ni dire que je n'aime pas boire un verre de bon vin ...tu ne me croirais pas; mais l'alcool n'a jamais été un moyen d'atteindre un état de fausse jovialité.
    Le vin n'est pas pour moi synonyme d'ivresse, juste de parfums subtils et de plaisir du palais.

    Posté par Syl, 09 décembre 2005 à 23:42 | | Répondre
  • >Syl: C'était maman Dia qui écrivait hier soir, pour plus de clarté: tu colles tes mains paume contre paume et tu les fais zigzaguer et cela donne l'imitation du poisson! Oups je file

    >Phil: Bon w-e bordelais!

    Posté par Dia, 10 décembre 2005 à 08:09 | | Répondre
  • Pralinette, ça tombe bien, en rade de Brest ça peut servir
    Pancho, trop fort ! et c'est exact, nous n'avons plus les mêmes contraintes
    Syl, Dia, c'est quoi ces histoires de poisson ?

    Posté par chipotin, 10 décembre 2005 à 19:45 | | Répondre
  • Philotin, pour Dia les poissons louvoient (y?) donc elle a juste expliqué comment !

    Posté par Syl, 11 décembre 2005 à 11:53 | | Répondre
  • merdum, j'ai encore posté avec la connexion de Chipotin.
    Syl : i c'est bien, y c'est zéro (la règle c'est : i ou y sont tous les deux bons quand il y a un "a", par exemple essayer, ou un "e" comme dans faseyer, pour le reste c'est toujours i quand on conjugue au présent)

    Posté par phil, 11 décembre 2005 à 17:37 | | Répondre
  • Merci de la réponse
    Philotin, c'est mignon non ?

    Posté par Syl, 11 décembre 2005 à 19:20 | | Répondre
  • Posté par phil, 11 décembre 2005 à 20:40 | | Répondre
Nouveau commentaire